À quoi sert le flux de trésorerie disponible (ou free cash flow) ?
Comptabilité 4 min

À quoi sert le flux de trésorerie disponible (ou free cash flow) ?

Faustine Rohr-Lacoste

Parmi les indicateurs financiers, les flux de trésorerie occupent une place de choix. Ils permettent de savoir instantanément si une entreprise gagne plus qu'elle ne dépense et si elle a les moyens, in fine, de financer son avenir.

C'est un des indicateurs financiers les plus scrutés par les chefs d'entreprise, les analystes, les banques ou les investisseurs. Le flux de trésorerie disponible, ou free cash flow permet de déterminer si une entreprise génère de la valeur, c’est-à-dire si elle est capable de dégager un flux financier positif pour investir ou verser des dividendes. On pourrait rétorquer que bilans et comptes de résultat ont été conçus pour cela et qu'il suffit de regarder, à la fin de chaque exercice, si le résultat net de l'entreprise est bénéficiaire ou non.

C'est vrai, à une nuance près : le bilan est construit à la fois avec des écritures monétaires (achats, ventes, salaires) et des écritures non monétaires (amortissements, provisions, variations de stocks et autres transferts de charges). Ce mélange d'écritures ne reflète donc pas réellement l'argent disponible pour l'entreprise, puisqu'un résultat net d'une année N pourra être grevé d'une certaine somme passée en dotations aux amortissements (correspond à la perte que subit la valeur des immobilisations qui se déprécient avec l'usage et le temps.) pour un achat réalisé en année N – 10.

Le concept de capacité d'autofinancement (CAF)

Pour avoir une vision plus claire de la situation financière d'une entreprise, on a bâti le concept de capacité d'autofinancement, qui exclut les écritures non monétaires les plus importantes (amortissements et provisions notamment).

quote-flux-tresorerie-financier.png

Concrètement, il s'agit de la somme du bénéfice net comptable avec les charges non décaissées.

Calcul de la CAF :

  1. CAF = produits encaissables – charges décaissables
  2. CAF = EBE + Autres produits encaissables – Autres charges décaissables
  3. CAF = Résultat de l’exercice + Dotations (comptes 68) – Reprises  (comptes 78) + Valeur Comptable des Éléments d’actif cédés (compte 675) – Produit de cession des éléments d’actif (compte 775) – Quote-part des subventions d’investissement virée au compte de résultats (compte 777)

Même si la capacité d'autofinancement comporte encore quelques éléments non monétaires, on pourrait en déduire qu'elle représente l'argent réel dégagé par l'entreprise, ce qui est vrai, mais sans la notion de temporalité. La CAF ne permet pas, en effet de connaître l'état des comptes d'une société à un instant T. Pour le savoir, il faut calculer le flux de trésorerie disponible.

La notion de flux de trésorerie

Une des limites de la capacité d'autofinancement, c'est de calculer une sorte de trésorerie potentielle à la fin d’une période donnée sans tenir compte des décalages de trésorerie induits par les délais de paiement. Ainsi, une vente en fin d'exercice sera comptabilisée en année N, mais l'argent n'ira sur le compte qu'en année N+1.

Vous comprendrez facilement que sans une bonne maîtrise des mouvements financiers, il est très compliqué d’anticiper les ressources suffisantes pour faire face à ses engagements financiers. Pour connaître les entrées et sorties d’argent réelle sur une période donnée, on calcule le flux de trésorerie (ou cash flow en anglais), qui intègre dans la CAF la variation du Besoin en Fonds de Roulement sur la période étudiée.

Les différents types de flux de trésorerie

  • Le flux de trésorerie d’exploitation (Cash Flow From Operation)

Le flux de trésorerie d’exploitation correspond à la mesure de la performance opérationnelle d’une entreprise. On distingue les activités d’opérations, des activités d’investissement et de financement. Les deux dernières étant dans la plupart des cas négatives, il est crucial pour le directeur administratif et financier d’assurer un flux de trésorerie d’exploitation positif et suffisant.

Cet indicateur va permettre de connaître réellement le niveau de trésorerie réel sur une période donnée.

On peut également le calculer à partir du résultat net :

Flux de trésorerie d’exploitation = 
  Résultat net de l’exercice
  + Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions
  – Reprises sur dépréciations et provisions
  – Résultat exceptionnel
  – Variation du besoin en fonds de roulement.

  • Le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow)

Le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow en anglais) est un indicateur extrêmement scruté par les investisseurs et les bailleurs de fonds, puisque, outre le fait qu'il soit révélateur de la santé financière de l'entreprise, ce montant pourra être utilisé pour être distribué aux actionnaires et aux prêteurs. Comme il intègre les flux monétaires provenant des activités d’investissements, il est possible qu'en période de démarrage d'une entreprise, le FCF soit négatif. Cela montre que la start-up est en période d'investissements et que tout l'argent gagné est réinvesti. Attention toutefois : cette situation ne doit être que temporaire !

Ainsi, on distingue le Free Cash Flow to the Firm (FCFF) qui correspond à la somme disponible pour tous les investisseurs, dont les détenteurs de dette, du Free Cash Flow to Equity (FEFE) qui concerne le FCF uniquement disponible pour les actionnaires.

Le flux de trésorerie disponible correspond au flux de trésorerie d’exploitation, moins les investissements dans le maintien ou la croissance de ses actifs (équipement, bâtiment, etc.).

Flux de trésorerie disponible
  Excédent brut d’exploitation (EBE)
  – Impôt sur le résultat d’exploitation
  – Variation du besoin en fonds de roulement (∆ BFR)
  + Cessions d’immobilisations
  – Investissements

Conclusion

Bilans et comptes de résultats ne suffisent plus à donner une idée précise de la santé financière de l'entreprise. En calculant ses flux de trésorerie, qu'ils intègrent (FCF) ou non (CFFO) les investissements, le chef d'entreprise peut savoir si son activité dégage du cash, et ce en tenant compte des décalages de trésorerie. Il devrait donc être naturel, pour toute entreprise qui n'est pas en période de lancement ou d'investissements intenses, de dégager un CFFO ou un Free Cash Flow positif. Si ce n'est pas le cas, peut-être est-il (encore) temps de revoir la gestion de ses dépenses...

New Call-to-action

Comptabilité
Restez au courant des dernières actualités !

Toutes les tendances de la gestion administrative et financière directement dans votre boîte mail.

rocket

Faustine Rohr-Lacoste

Faustine is Head of Community at Spendesk. She is in charge of CFO Connect, a community of modern finance leaders.