Gestion de votre trésorerie : tous nos conseils
mauvaise-gestion-trésorerie

Gestion de votre trésorerie : tous nos conseils

Faustine Rohr-Lacoste

Gérer la trésorerie de son entreprise est un enjeu vital pour assurer sa pérennité, tout particulièrement au moment de sa création. Organisez vos ressources et augmentez vos marges de manoeuvre grâce aux bons outils.

Le guide pour reprendre le contrôle de vos dépenses sans ralentir vos équipes

Le défaut de trésorerie est le premier motif de cessation d’activité des entreprises de moins de 3 ans. Alors qu’elles sont encore fragiles, la défection de leur client principal, l’accumulation subite d’impayés, ou une conjoncture économique défavorable peut suffire à mettre la clé sous la porte.

En clair, vous aurez besoin d’une bonne visibilité et d'un pilotage clair pour éviter de possibles défaillances qui seraient liées à une mauvaise gestion. Avoir des reportings précis pour prendre les bonnes décisions nécessite surtout d’être entouré de bonnes pratiques et de mettre en oeuvre les outils appropriés pour y parvenir. Découvrez comment obtenir une vision plus claire de votre trésorerie et maitriser plus efficacement vos dépenses.

 

Quels indicateurs financiers faut-il prendre en compte ?

Pour gérer efficacement les finances de votre entreprise, il faut vous intéresser de près à la santé de vos flux de trésorerie, et en particulier à celle de votre flux de trésorerie disponible. Aussi appelé free cash flow, il permet de déterminer si elle génère de la valeur, c’est-à-dire si elle est capable de dégager un flux financier positif pour investir ou verser des dividendes. Il ne suffit pas de vous interroger sur votre résultat net, et observer sa progression. Le bilan se compose d’actifs monétaires et non monétaires qui ne sont pas un reflet direct de votre santé financière, ni de vos capacités à absorber des coups durs.

Dans vos indicateurs de performances, prenez en considération votre capacité d’autofinancement, c’est à dire la somme du bénéfice net comptable avec les charges non décaissées. Cependant, la capacité d’autofinancement tient compte de la trésorerie à une date donnée, sans tenir compte des décalages dans le temps. En effet, il suffit parfois de quelques retards de paiement ou d'impayés pour mettre une entreprise dans le rouge… Cela semble clair : il est difficile d’évaluer avec précision vos capacités financières sans connaitre ses principaux flux de trésorerie sur le bout des doigts.

Le besoin en fonds de roulement permet de connaitre la somme dont l'entreprise aura besoin avant d'avoir ses premières rentrées d’argent. Il peut être réévalué à chaque exercice si l’entreprise ne dégage pas suffisamment de bénéfices au moment de sa création, ou si elle compte financer des projets nécessitant des fonds supplémentaires. Cependant, ne négligez jamais votre BFR, même en pleine croissance. Les dépenses augmentent alors rapidement, et souvent de manière imprévue. Il est donc nécessaire de posséder les ressources nécessaires pour ne pas voir vos activités entravées dans l’attente de rentrées d’argent futures. Vous l’aurez compris, il faut essayer d'allonger au maximum les délais de paiement auprès de vos fournisseurs, et, à l'inverse, de raccourcir ceux de vos clients. Il faut également prêter une attention particulière à la gestion des stocks, qui alourdissent le BFR.

Concrètement, on calcule le flux de trésorerie pour connaître les entrées et sorties d’argent réelle sur une période donnée. Il intègre dans la capacité d’auto-financement la variation du besoin en fonds de roulement sur la période étudiée.

gestion-tresorerie-outils.png

Comment connaitre sa santé financière et anticiper le futur ?

La meilleure arme pour atteindre cet objectif est de bâtir un plan de trésorerie. 30% des entreprises de moins de 3 ans mettent la clé sous la porte à cause d’une mauvaise gestion du fonds de roulement. Il faut non seulement être attentif à la structure des dépenses fixes et occasionnelles de l’entreprise, et prendre en compte les délais de règlement. Un plan de trésorerie solide permet de savoir s’il est nécessaire de dégager des liquidités supplémentaires en confrontant le total des encaissements (ventes, apports en capital, subventions, etc.) et des décaissements (achats, loyers, salaires bruts, charges sociales, remboursements d’emprunts, etc). Il est important de prendre en compte chaque dépense et revenu selon sa date effective pour ne pas omettre les décollages dus aux délais de paiement. Enfin, n’oubliez pas de préciser l’éventuelle récupération de TVA s'il y a lieu.

Aussi, pensez à faire un diagnostic financier pour comprendre le fonctionnement et la rentabilité de votre entreprise. Sa structure, ses sources de revenus et la nature de ses dépenses évoluent avec le temps. Il s’agit d’un moyen efficace pour évaluer vos besoins en trésorerie. Véritable outil de pilotage, il sera également utile pour séduire de futurs investisseurs ou convaincre votre banquier de vous octroyer un financement. D’une part, l’analyse du bilan permet d’avoir une vision claire de votre solvabilité. L'idée est d'établir d'où provient l'argent de l'entreprise, et comment elle utilise ses ressources. La rentabilité est visible grâce à la capacité d’autofinancement. Enfin, l’excédent brut d’exploitation permet de savoir si l’entreprise dégage un supplément de trésorerie et de fixer vos besoins en fonds de roulement. Concrètement, il peut être utilisé pour optimiser le financement de votre entreprise en accroissant son indépendance, d’améliorer le partage de la valeur ajoutée, de calculer le ratio de rotation des stocks ou celui mesurant le délai des crédits clients et fournisseurs. Le ROE (Return on Equity) mesure le rapport entre les résultats nets et les capitaux propres.

Comment réagir en cas de problème de trésorerie ?

La meilleure manière de prévenir ces imprévus ou variations brutales de trésorerie est d’être entouré d'outils de suivi des performance dès le début. Pour anticiper chacun de ces problèmes de trésorerie, n’hésitez pas à être un petit peu trop pessimiste dans vos prévisions. En cas de doute, augmentez votre fond de roulement et résonnez en scénario « crash test ».

Chaque euro dépensé doit concourir à la croissance de vos activités. Exercez une pression sur vos créanciers, et négociez des délais toujours plus larges pour régler vos fournisseurs. Vous réduirez ainsi votre fond de roulement au maximum. Suivez les dépenses courantes, révisez régulièrement vos contrats, examinez l’offre de la concurrence, diminuez vos stocks et apportez une attention particulière à la résolution des litiges. En clair, ayez une démarche appropriée en fonction de la conjoncture, pas trop ambitieuse si le marché est fragile, mais pas trop frileuse au risque de manquer des opportunités économiques.

Enfin, vos projections d'exploitation, d'investissement et de financement doivent vous servir à réaliser des prévisions sous forme de flux de trésorerie. Votre plan de trésorerie est un excellent moyen pour mener à bien cette mission et dégager les ressources utiles.

En cas de problème, il est possible de vendre vos créances auprès d’une société pratiquant l’affacturage, et obtenir son paiement immédiatement. Si nécessaire, vous pouvez solliciter un crédit rapidement auprès de votre banque, ou d’une plateforme de financement participatif par exemple. Votre banquier pourra peut être vous octroyer temporairement un découvert plus important et sans frais. Il est enfin possible de réduire vos marges de manière temporaire pour dynamiser votre activité et augmenter vos recettes.

New Call-to-action

Gestion des dépenses
Restez au courant des dernières actualités !

Toutes les tendances de la gestion administrative et financière directement dans votre boîte mail.

rocket

Faustine Rohr-Lacoste

Faustine is Head of Community at Spendesk. She is in charge of CFO Connect, a community of modern finance leaders.