Comment gérer et anticiper un problème de trésorerie

Yasmine Guyotpar Yasmine Guyot|13 septembre, 2017

Le nombre de défaillances d'entreprises continue à baisser en France : en juin dernier le chiffre s’élevait à 55 717 défaillances, contre 61 112 entreprises l’an passé à la même période. Un signe encourageant, qui ne doit pourtant pas masquer la réalité : les problèmes de trésorerie (insuffisance de ressources propres, sous-estimation des investissements à réaliser ou des délais de paiement, endettement trop élevé…) demeurent l’une des principales causes de décès des start-ups.

Et quand un problème de trésorerie survient, il est bien souvent trop tard pour se retourner. Voici quelques conseils pour (1) rétablir une situation respirable dans l’urgence et (2) anticiper les problèmes à l’avenir.

Réagir en urgence face à un problème de trésorerie

  1. Faire rentrer du cash dès que possible

    Bien évidemment, en cas de trou, il faut renflouer les caisses immédiatement. Vous pourrez d’abord mettre la pression à vos clients afin qu’ils recouvrent leurs créances. Une première relance commerciale par e-mail, puis par téléphone, devrait suffire à déclencher l’encaissement de l’impayé. Bien souvent, une simple relance vous dira s’il s’agit d’un oubli, d’une difficulté passagère de trésorerie ou d’une contestation de facture… Cela ne portera pas préjudice à votre relation avec le client. Si la relance reste sans effet, vous avez ensuite la possibilité d’engager une procédure de recouvrement amiable. Seconde solution : vous pouvez vendre vos créances, moyennant une commission, à une société d’affacturage. L'affactureur gèrera pour vous l'enregistrement des factures, la relance des débiteurs et assurera les encaissements et le service contentieux en cas de non-paiement. Il avancera également le montant des créances, ce qui facilitera considérablement votre gestion. A ce titre, pensez à solliciter des services en ligne comme Finexkap ou Creancio, qui vous répondent en 48h.

  2. Négocier ses paiements fournisseurs

    Entretenir une bonne relation avec vos fournisseurs est primordial et peut vous aider à libérer plus de liquidités. En discutant avec vos fournisseurs principaux, vous pourrez négocier un délai de paiement afin de retarder vos sorties de cash. Sachez cependant qu’en France, les délais de paiement sont plafonnés légalement. Ils ne peuvent dépasser 60 jours calendaires (ou 45 jours fin de mois) à compter de la date d’émission de la facture.

  3. Trouver un crédit rapidement

    La bonne santé du financement participatif, notamment dans le domaine du prêt (crowdlending), permet désormais aux entreprises d’emprunter rapidement de l’argent auprès du grand public pour financer leurs projets. Sur des plateformes comme Lendix, vous pouvez emprunter de 30 000 € à 3 000 000 € avec une offre ferme sous 48 heures et sans garantie personnelle. Unilend vous propose d’obtenir entre 10 000 et 500 000 euros en 3 jours.

  4. Céder de la marge au profit du cash 

    Si un problème de trésorerie survient, il faudra changer votre vision et privilégier le cash par rapport à la rentabilité. Cela signifie qu'il faut accepter temporairement de perdre de la marge pour gagner de la trésorerie. Par exemple, si vous avez l'habitude de faire des achats en grande quantité pour bénéficier de prix unitaires plus faibles, vous devrez achetez moins pour limiter vos décaissements. De même, vous pouvez mener des opérations ciblées de vente à prix réduit pour renflouer les caisses rapidement. Quand vos soucis de cash seront réglés, vous pourrez à nouveau vous concentrer sur l'optimisation des bénéfices...

Quelques astuces pour anticiper les problèmes liés à la trésorerie

Pour se prémunir contre tout risque de rupture de cash, un seul mot d’ordre : AN-TI-CI-PER !

  1. Faite vos prévisions de cash à 6 mois

    Il est d’abord important de construire proprement et suivre son plan de trésorerie prévisionnel. La chose n’est pas aisée : on dit souvent qu’il est impossible de dresser des prévisions de trésorerie fiables au-delà d'un horizon de quelques mois. Pour y parvenir, mettez en place des indicateurs de reporting financier permettant de traduire l'activité des commerciaux en recettes prévisionnelles. Un directeur commercial peut par exemple établir des prévisions de chiffre d'affaires en calculant le ratio entre le nombre de calls ou le nombre de rendez-vous clients et le taux moyen de transformation de ces actions commerciales.

  2. Négocier un découvert avec sa banque

    Ce type de solutions implique évidemment une relation de confiance avec son banquier. Le mot d’ordre, si vous devez négocier une ligne de découvert, c’est de le faire AVANT d’en avoir réellement l’utilité. Si vous en avez besoin urgemment, vous ne l’obtiendrez pas. En ayant négocié cette ligne de trésorerie en amont, vous serez bien content d’en disposer le jour où un problème de trésorerie pointe le bout de son nez.

  3. Penser à l'autofinancement 

    Si vous avez besoin de matériel (véhicule, photocopieuse, matériel informatique…), pensez à des modes de financement qui permettent d’étaler les dépenses. N’hésitez pas à vous tourner vers le crédit, le crédit-bail ou la location. Si votre entreprise a besoin d'un équipement de toute urgence, vous avez la possibilité de l’acheter et d’apporter ensuite la facture à votre banque pour faire refinancer votre achat à crédit. 

En conclusion, n’oubliez pas que l’argent, c’est le nerf de la guerre. Si votre idée, votre vision, votre équipe et votre dynamisme d’entrepreneur peuvent soulever des montagnes, votre start-up aura toujours besoin de cash pour mettre de l’huile dans ses rouages. Bien gérer ses flux et réagir rapidement en cas de problème de trésorerie doivent donc être deux actions à garder constamment en tête pour pérenniser son activité.

Découvrez Spendesk

TOPICS : Comptabilité

Ajoutez votre commentaire

1 Commentaire