Carte cashback : avantages et défauts pour un usage en entreprise
carte-cashback-usage-en-entreprise

Carte cashback : avantages et défauts pour un usage en entreprise

Gabriel Autran

Les cartes bancaires cashback peuvent-elles vous faire économiser de l’argent ?

Récupérer de l’argent sur ses dépenses d’entreprise peut être, à première vue, une belle promesse. Les cartes cashback se présentent ainsi comme une solution de choix pour modérer ses dépenses (ou pouvoir s’en permettre plus). Bon plan ou infaux ? Notre analyse :

Sommaire

- Comment fonctionnent les cartes bancaires cashback ?
- Pourquoi les cartes cashback peinent à traverser l’Atlantique ?
- Comment les entreprises peuvent-elles utiliser des cartes cashback ? Quels sont les acteurs du secteur en France et en Europe ?
- Les cartes cashback peuvent-elles être une bonne solution pour votre entreprise ?
     - Avantages des cartes bancaires cashback
     - Défauts des cartes bancaires cashback
- En résumé : la carte bancaire cashback, une oasis d’économies ou un simple mirage ?

Trop long ? En résumé : 

  • Les cartes bancaires cashback proposent le remboursement d’une part des frais engagés lors de la finalisation de la transaction.
  • Les cartes cashback fonctionnent parfois sur des frais plus élevés que les formules bancaires classiques.
  • Bien que les cartes bancaires cashback soient couramment utilisées par les particuliers en France, cette pratique ne s’est pas encore généralisée aux entreprises, comme c’est le cas en Amérique du Nord.

cartes-virtuelles-achats-en-ligne-spendesk

Comment fonctionnent les cartes bancaires cashback ?

De plus en plus de banques proposent des cartes bancaires cashback pour les particuliers. Cette solution pourrait également s’appliquer aux dépenses d’entreprise, pour représenter des montants considérables lors de grandes opérations.

Les frais annuels appliqués aux cartes bancaires cashback peuvent varier d’un fournisseur à un autre, mais ils sont en moyenne plus élevés que pour les cartes bancaires classiques. On remarque ainsi que, pour des cartes bancaires cashback orientées vers les particuliers, comme l’offre d’Orange Bank, les frais annuels s’élèvent à près de 100€, ce qui représente la moyenne du marché. Loin des frais courants pour les cartes bancaires classiques, qui affichent le plus souvent un coût moyen de 30€ par an.

Les cartes bancaires cashback les plus courantes remboursent une partie infime des frais engagés lors d’une transaction (souvent aux alentours de 0.5% à 1%). Pour des achats importants, comme pour le renouvellement d’un parc informatique ou d’une flotte de téléphones, par exemple, ce pourcentage peut représenter toutefois un retour conséquent.

Pour certains fournisseurs partenaires d’un programme de carte cashback, des récompenses et promotions supplémentaires peuvent s’appliquer lors de l’achat. Certains taux de retour sur transaction peuvent en effet grimper jusqu’à 30% du montant total d’une commande.

Les cartes bancaires cashback fonctionnent ainsi grâce à un réseau de partenaires commerciaux. Ces derniers acceptent, en échange d’un taux de promotion permanent établi au cas par cas, de faire bénéficier d’une réduction permanente aux détenteurs de ces cartes cashback.

Pourquoi les cartes cashback peinent-elles à traverser l’Atlantique ?

Depuis plusieurs années, le cashback est, aux États-Unis, une pratique courante et proposée par la plupart des banques, pour les entreprises comme pour les particuliers.

En 2018, il est estimé que 55% des consommateurs américains ont fait appel à une offre de cashback pour récupérer une partie du montant de leur transaction.

Bien que les cartes cashback soient de plus en plus populaires pour les particuliers en France, elles peinent à se démocratiser dans les entreprises hexagonales.

On note cependant une forte croissance de l’usage du cashback dans la sphère privée. Selon le Syndicat National du Marketing à la Performance (SNMP), regroupant la plupart des acteurs du cashback en France, le cashback a généré une croissance de 147% pour les sites spécialisés dans ce type d’offres.

Comme on peut le voir, la pratique du cashback ne se limite pas seulement aux cartes spécialisées. Néanmoins, pour des dépenses d’entreprise, elle est indispensable pour apporter de la clarté et de la visibilité aux équipes financières.

Comment les entreprises peuvent-elles utiliser des cartes cashback ? Quels sont les acteurs du secteur en France et en Europe ?

Comme le disait une connaissance haut placée, “Il n’y a pas d’argent magique”. Par conséquent, les cartes cashback ont tendance à compenser leurs remises par d’autres contreparties. Les sociétés bancaires émettrices des cartes bancaires cashback facturent ainsi des frais structurels plus importants et récurrents.

Les entreprises pourront cependant voir un intérêt dans certains usages du cashback. Les instituts bancaires ayant connaissance des achats et des pratiques financières de leurs clients pourront ainsi orienter les promotions et offres spéciales vers des fournisseurs pouvant répondre aux besoins de leurs clients, tout en proposant un remboursement partiel.

Les banques en lignes comme N26 proposent d’ores et déjà des offres de cartes bancaires cashback pour les entreprises. La plupart des banques proposant des cartes bancaires cashback sont en effet des structures plutôt récentes dans l’environnement bancaire grand public français. On peut néanmoins citer des acteurs comme la Société Générale, qui propose également des cartes spécialisées dans ce domaine.

Il convient néanmoins de bien comparer les taux et divers frais associés afin de peser le pour et le contre et s’assurer de la pertinence d’une telle recette pour son entreprise. Ainsi, si vous envisagez d’équiper vos salariés de cartes bancaires cashback, il pourra être intéressant de penser à des paramètres comme:

  • Les partenaires du programme de cashback, à comparer avec vos fournisseurs réguliers;
  • Les taux bancaires qui s’appliquent aux programmes de cartes bancaires cashback;
  • Le taux de remise de base sur la carte pour tout achat effectué avec celle-ci.

Ces quelques éléments vous permettront ainsi de mettre en place une balance de gains et coûts, rendant plus claire si, oui ou non, l’acquisition d’une carte cashback constitue un atout potentiel pour vos finances d’entreprise.

Les cartes cashback peuvent-elles être une bonne solution pour votre entreprise ?

Avantages des cartes cashback : 

  • Une partie de la somme versée lors d’un achat quelconque est remboursée.
  • Ces offres peuvent s’additionner avec des promotions ponctuelles ou des partenariats entre l’émetteur de la carte et certains fournisseurs.
  • Certaines banques proposent des programmes de fidélité ou de récompenses, fléchés vers certains partenaires ou fournisseurs.

Défauts des cartes cashback : 

  • La plupart des cartes cashback impliquent des taux bancaires et des frais plus élevés pour compenser (voir même dépasser) la perte engendrée par le remboursement.
  • Les sociétés émettrices de cartes cashback sont des organismes à but lucratif! Il convient de garder cela à l’esprit lorsqu’on examine les différentes options de cartes cashback.
  • Les cartes de crédit cashback peuvent offrir moins de visibilité et de clarté sur les dépenses, car cela crée un nouveau paramètre à prendre en compte pour les équipes financières.
  • La gratification instantanée des cartes bancaires cashback peut générer un effet incitatif, invitant à des achats plus fréquents.

Il est donc clair que les cartes bancaires cashback, bien qu’alléchantes sur le papier, invitent néanmoins à la vigilance et à une lecture attentive des contrats s’y rapportant.

cartes-virtuelles-achats-en-ligne-spendesk

En résumé : la carte bancaire cashback, une oasis d’économies ou un simple mirage ?

Comme nous avons pu le voir, les cartes bancaires cashback sont présentées par les sociétés les commercialisant comme de bonnes solutions pour faire des économies sur les achats du quotidien. Néanmoins, les frais qui s’y rapportent peuvent créer une confusion sur la valeur réelle créée par les cartes bancaires cashback, chez les particuliers comme pour les entreprises. 

Pour réellement faire des économies, la solution consiste peut-être en un planning efficace des dépenses, augmenté par des données claires et de solides processus de validation. Ça tombe bien, c’est exactement ce que Spendesk propose, en plus de cartes physiques et virtuelles (et sans coûts cachés).

 

Carte de paiement Tendances remboursements
Restez au courant des dernières actualités !

Toutes les tendances de la gestion administrative et financière directement dans votre boîte mail.

rocket

Gabriel Autran

Gabriel Autran est un rédacteur web basé à Paris. Écrire des histoires et leur faire justice à travers des contenus inspirants constitue la majeure partie de son quotidien. Chez Spendesk, il écrit sur le secteur financier, et les professionnels qui l’anime.